vendredi 12 mars 2010

EPR, une fuite gênante...

UN PLI ANONYME REÇU PAR DES ASSOCIATIONS ANTI-NUCLÉAIRE

Je reproduis ce communiqué du C.R.I.L.A.N. diffusé hier soir sur plusieurs sites Webs, qui fait mention d’un document anonyme émanant d’EDF reçu par plusieurs associations anti-nucléaire. L’information concernant cette ’’fuite’’ gênante a été commentée ce jour à la radio (France Culture) le sera-t-elle encore demain ?
Vous trouverez également en bas de page, un lien vers le blog écologie du Monde qui a fort bien présenté le sujet.



Voici le communiqué :
Alors que la construction de l’EPR à Flamanville prend beaucoup de retard et que se prépare le Débat public pour un autre EPR à PENLY, le CRILAN a reçu par la poste, apparemment comme” L’observatoire du nucléaire”et “le Réseau Sortir du nucléaire” (voir en bas de page), une étude anonyme provenant de l’intérieur d’EDF et s’appuyant sur des documents internes à celle-ci. Selon cette étude : (http://observ.nucleaire.free.fr/0_U... ), la puissance du réacteur EPR serait plus réduite que prévue ; son coût serait ruineux et le coût du Kw/heure produit serait augmenté de plus de 60%.

Mais c’est sur la possibilité de l’accident grave que l’étude est la plus inquiétante. Une note technique d’EDF ( http://observ.nucleaire.free.fr/6%2...)montre que l”éjection de grappes sur le réacteur EPR de Flamanville 3, servant à contrôler la puissance du réacteur et à le piloter, pourrait conduire à un accident majeur “ de prompte criticité” comme à Tchernobyl. “Les grappes servent à contrôler la puissance du réacteur, à le piloter. Ce sont à la fois l’accélérateur et le frein. L’accident d’éjection de grappe peut se comparer au blocage de l’accélérateur. A fond.”
Dans une étude ( http://observ.nucleaire.free.fr/9.pdf) les ingénieurs d’EDF ont identifié « l’accident d’éjection de grappe » comme « potentiellement problématique pour EPR ». Il est question de « dépassements très significatifs » du « critère de nombre de crayons [combustible] en crise d’ébullition ». De « 20 à 30% » du combustible pourrait alors se rompre en cas d’accident.

Selon l’informateur,” La sûreté de l’EPR est problématique. C’est un problème insoluble... Le réacteur ne s’arrête pas en cas d’accident... Le réacteur d’AREVA est un réacteur inexploitable sans de notables impasses sur la sûreté. Il n’est pas conforme au rapport de sûreté concernant la chute des grappes en cas d’accident grave. EDF va prendre des risques inconsidérés pour tenter de rentabiliser à tout prix son investissement.”

Après le premier coup de semonce des trois autorités de sûreté, anglaise, finlandaise et française, voilà qui devrait justifier l’arrêt de la construction de Flamanville et du projet de Penly !
Pour le CRILAN, Didier ANGER

Fin du communiqué

NOTA : Vous pouvez consulter également sur le même sujet le site du ’’Réseau sortir du nucléaire’’
Le blog écologie du Monde a également traité en détail ce sujet. : http://ecologie.blog.lemonde.fr/2010/03/11/la-surete-du-reacteur-epr-de-nouveau-en-cause/


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire